Porno Best Of Clinic

d’Hervé Bodilis, Body Prod (date ? mystérieuse)

Cast : Ben, ils se sont pas fatigués : ils sont crédités NULLE PART.

Bon je me lance. J’ai toujours eu une drôle de relation avec les films de Bodilis. D’abord, il faut dire que je le connais de l’époque du Gai Pied donc ça remonte à longtemps et Hervé était le plus beau mec qui faisait des photos pour GPH, il avait un côté vrai brun hétéro qui rendait tout le monde gaga. Sa personnalité a toujours été cachée, il ne voulait pas qu’on sache avec qui il couchait et god knows que tout le monde lui demandait ça. Sur le style de ses photos, sa réputation c’était d’être un mec qui se voulait hétéro et qui, finalement, vivait au milieu des gays.

Quand il a commencé ses films, il y avait un parfum cheap autour de sa manière de faire, ses pochettes, etc. Sans parler du côté grandiloquent qu’on pris ses intros de DVD où on doit se fader une sorte de délire digital et le slogan qui apparaît sur l’écran « Guys deluxe et hardcore action ». Okaaaaaayyyy.

Quand j’étais à Têtu, ses DVDs avaient le malheur de n’intéresser personne, c’était pratiquement les seuls pornos qui restaient sur les étagères avec ceux d’Eurocreme (et encore, j’aurai quelque chose à dire là-dessus plus tard). Donc ses films n’étaient pas chroniqués et je crois aussi que c’était du à la période du milieu des années 2000, on était tous tellement à la recherche des mecs poilus des USA qu’on a raté beaucoup de choses dans cette équipe.

Donc les films de Bodilis ont été écartés et avec son deal majeur avec Marc Dorcel, c’est devenu le genre de porno qui passe sur les chaines câblées des hôtels et le porno de Canal Sat. C’est un truc qui n’aide pas le prestige, même si ça lui a ouvert les portes de grosses opportunités de décors o d’acteurs, mais Hervé s’est ensuite bien démerdé en plaçant ses films chez Raging Stallion.

On s’est gourés. Pas vraiment parce que Bodilis est un grand réalisateur, je dirais quand même pas ça, mais le mec a le flair pour trouver des mecs vraiment dingues et, en France, ils sont juste 3 ou 4 à avoir ce talent. Il a pas mal de son écurie de talents qui vient des autres films de Stéphane Moussu, de Tom Bradford, ce sont les mecs de Prague et de ses provinces, des mecs qu’on a facilement catégorisés dans les hétéros de l’Est qui baisent n’importe quel trou. Mais moi, des hétéros qui baisent aussi bien, j’en veux bien tous les jours.

Ce « Best Of Clinic » est en 2 DVDs, avec chacun au moins 4 ou 5 cènes, et ça dure 4 heures, donc il y a de la matière comme on dit. Je choisis ce film comme première chronique, mais j’aurais pu prendre « Rugby for men only », c’est autant de la bombe. La scène 1 commence et on comprend vite que ces acteurs, au lieu de parler leur langue, ce qui aurait été sexy, se limitent à deux sons : « Oh » et « Ah » et ils les alternent non stop as in : « Oh Ah Oh Ah Oh Ah Oh Ah » - je pourrais continuer comme ça longtemps. Quand il y a des scènes à 4 mecs, comme c’est le cas ici, ce sont 4 mecs qui disent « Oh Ah » ensemble (il faut baisser le son sinon on risque de tomber en syncope). Mais il y a ici deux mecs que j’adore, déjà vus chez Stéphane Moussu, qui les a découverts je crois. Ce sont les actifs, il y a un grand mec avec une longue bite et un petit musclé avec une bite épaisse. En face d’eux, un mec poilu qui est vraiment gay, on le voit comment il suce, et un autre mec brun qui est quand même super bon pendant toute la scène (il s’assoit, il prend du plaisir). Tout est très bon, sauf les scènes d’orgasme avec des plans trop rapprochés.

La scène 2 a trois mecs, donc un immense brun presque avec un look de Beur mais il pourrait être du centre de l’Europe aussi. Il est merveilleux, grand, super bien foutu, une bite très épaisse et une gueule, ben rien que pour ça on met 5 ***** au film. En face de lui, un passif qui se fait faire un fist par le mec calé de la scène, celui qui encule plus tard comme un caïd, sans perdre le beat, in and out, all the way, le mec bouge comme un Légionnaire. C’est pas la peine que je vous décrive ce qui se passe (bon allez quand même : il y a ici une des rares scènes de double pénétration que je trouve bien, ever) vous avez déjà joui. Heureusement car les orgasmes sont ratés à mort, on voit pas le grand brun et c’est un crime quoi. L’autre c’est pareil. C’est dingue de ne pas montrer les mecs quand ils jouissent, je trouve que c’est une hérésie mais bon.

3ème scène avec 4 mecs donc 1 qui est absolument canon et les autres bien et on se met à calculer : attends on en est à combien de mecs géniaux là ? 5 et on est seulement au début du film ? On est toujours dans la clinique avec ce mec, une sorte de Rick Mathews de "Single Handed" de Titan avec deux quenottes devant qui lui donnent un look différent, et sans mentionner qu’il est braqué avec de la baby fat et une bite ronde, excitée. Les deux top ici sont des sortes d’aryens bodybuildés mais pas trop, juste ce qu’il faut de stéroïdes. Très bonne action, belle lumière naturelle, on voit tout. Bon là les orgasmes sont mieux filmés, sauf pour le très beau mec. Super.

4ème scène avec 4 mecs dont 2 qui sont dingues dont un poilu porcin avec un visage de teenager et un autre, tout blanc, qui pourrait être un skinhead musclé si on lui rasait encore plus les cheveux. Et il y a deux tops dont un qui a une bite qui ressemble à un salami et l’autre qu’on a vu plein de fois dans d’autres films. J’ai oublié un détail important chez ces films de Bodilis : il y a toujours au moins 3 positions dans la scène dont systématiquement un mec qui s’assoit, souvent tout de suite d’ailleurs et c’est bien fait en plus. Là on voit le bébé poilu des campagnes avec ses poils soyeux sur le torse et sur les jambes et tout le monde change de positions plusieurs fois, ce qui fait beaucoup de combinaisons différentes et beaucoup de « Oh Ah » et quelques « Hm ! ». Encore une fois, mon mec préféré n’est pas montré quand il jouit, je dis scandale alors qu’il y en a un autre qui jouit si bien que son sperme arrive sur le visage.

5ème scène avec un kid assez mignon et une belle bite qui se branle en regardant un autre mec génial dormir. On le voit après se branler. On est à 8 mecs vraiment uniques dans ce film.

6ème scène que je trouve moins bien avec un français dedans. Là c’est des vrais pédés, on voit à leur façon de baiser. Au moins on les entend parler. Et c’est tout pour le premier DVD. Dans le second, on imagine juste des bonus superficiels, mais en fait il y a 7 autres scènes donc it’s not over.

Et ça commence avec une grosse surprise. Bodilis a filmé Arpad Miklos qui passait par là et qui baise avec un clone poilu sympa (mais avec des cheveux décolorés, bummer). Bon, Pas la peine de décrire Arpad, il est toujours pareil, un immense mec qui, lui, s’occupe toujours de ses partenaires. Pendant tout la scène il caresse l’autre, l’encourage, les touche les tits, c’est vraiment le mec qui vous aide à jouir. Encore des orgasmes trop rapprochés, ça fait chier, mais bon je ne râle même plus là.

8ème scène avec un kid connu qui se fait toujours baiser, c’est pas mon style de mec mais il est vraiment bon, donc c’est le genre de scène qui pourrait plaire à tout le monde, tellement c’est bien fait. Il y a un joli mur bleu dans cette pièce d’hôpital, ça met les choses en valeur.

9ème scène avec encore un mec que j’adore, une gueule de l’Est sur un corps sans poils (il se fait même raser le pubis au début de la scène, eeeek !) et il a un bouton de beauté sur le ventre avec juste à côté une dépigmentation de la peau, on dirait un trou sur le néga mais c’est super joli. Joli blow job, et pour une fois, des plans d’éjacs plus larges, merci , ça faisait longtemps.

10ème scène avec 3 mecs dans un camion ambulance, don’t un qui est un sosie d’un autre acteur porno venu de l’Est, j’adore quand les acteurs pornos ressemblent à d’autres, on pourrait faire des arbres généalogiques. It’s all good.

11ème scène et là encore on sort les vieux de la vieille avec ce mec qui a baisé pour tout le monde (“Trio Party” de Moussu, Lucas Kazan, etc.). Il est là avec ce pédé qui baisait si bien dans la scène 2 donc on sait qu’il va y avoir de la bonne action et c’est ce qui se passe, ce mec a le chic pour faire sortir sa bite et l’enfiler à fond pour la remontrer à nouveau, un signe distinctif d’érection qui n’a peur de rien. Le mec passif est joli aussi.

12ème scène (ou c’est la 53ème, je sais plus) avec encore le petit de la 8ème scène (essayez de suivre bordel) et une srte de poupée qu’est trop jolie mais qui fait des moues devant la camera et ça, c’est un tueur d’érotisme, personne ne lui a demandé de surjouer en tout cas pas moi. Bientôt ils sont 5 dans la pièce et ça sent le “bouquet final” comme on dit. Et bien sûr, on ne voit pas le visage du mec que j’aime bien, c’est la schoumoune.

Et vous savez quoi ? Y’a pas de générique de fin avec le nom des acteurs. C’est comme si c’était de la viande. Même Arpad Miklos n’est pas crédité, ni sur la jaquette du DVD, ni ailleurs. Allez comprendre. Alors je vais meme pas me faire chier à leur donner des oms et regarder partout sur Internet. Au lieu de nous metre des intros pompeuses sur “Guys deluxe et hardcore action”, c’est la moindre des choses de nommer les Guys deluxe, non ? Et pourtant, malgré tous ces plans d’orgasmes ratés, il a tellement de mecs irrésistibles que c’est un DVD à avoir.

SAFE

Photos

Very Slave.

Very Slave.

You gotta see his abs too

You gotta see his abs too

This guy ! Scene 2

This guy ! Scene 2

This one is a mean fucker

This one is a mean fucker

Clone perfect

Clone perfect

Pré-skinhead

Pré-skinhead

Great pecs

Great pecs

Look at the colours

Look at the colours

He comes

He comes

Shining blue

Shining blue

9ème scène

9ème scène

Great close up

Great close up

10ème scène

10ème scène

The mean fucker again

The mean fucker again

Evrybody loves him

Evrybody loves him

Sleeping kid

Sleeping kid

He just came.

He just came.