Porno Knight After Night

de JD Slater (2005)

Cast : Huessein, François Sagat, Bo Knight, Erik Hunter, Remy Delaine, Tony Serrano

Un film respectable, sans tralala, qui rassemble les mecs poilus de Raging Stallion et ceux du sous-label de RG, Centurion Muscle. On est donc ici en territoire clone, avec des mecs qui baisent simplement, et et droit au but. Comme je ne suis absolument pas objectif, ce film est important pour moi parce que la scène entre Bo Knight (sur la cover du DVD) et Huessein est bien, avec pleins de plans d’ensemble et de close-ups.

Bo a l’air d’être très excité par Huessein, il n’arrête pas de crier (ce qui peut être énervant à force) , mais c’est une séquence importante dans le « développement » de la personnalité d’Huessein par Raging Stallion. On est en 2005, et le studio sait qu’il est tombé sur le jack pot avec cet acteur. Il n’a sûrement pas la mystique de François Sagat qui bénéficie d’une couverture médiatique sans équivalent. Mais Huessein satisfait beaucoup plus en profondeur les désirs des hommes qui sont fans des films que réalise RSQ.

Beaucoup de grabing, de kissing, de Fondling et de sucking et de rimming dans cette scène avant qu’Huessein se décide à faire ce qu’il sait bien faire : monter. Bo finit par s’assoir sur Huessein et après plusieurs changements de position, les deux se branlent mais Huessein est mal filmé lors de l’orgasme, zut, c’est pourtant pas compliqué.

Suit une scène vraiment bien choisie avec un duo Remy Delaine et le grand / gros Black Erik Hunter. Bonnie chimie sexuelle entre les deux. En général, Erik baise toujours pas très bien, il a des problèmes avec ses érections. C’est un beau mec imposant, dans le genre Black daddy rasé avec un très joli goatee. Mais un gros malabar comme ça qui ne produit que deux gouttes de sperme, c’est un peu radin. La scène a beauy être un hommage à Rodin (véridique, fact fans), we need more spunk.

Avant dernière scène entre François Sagat et Tony Serrano. Now, Tony a vraiment quelque chose de sexy. C’est le clone latino qui ne surjoue pas, il est très bien foutu et encule bien, sans en faire des tonnes. C’est quelqu’un sur qui on peut compter, quoi, et François semble être d’accord puisqu’il s’assoit dessus. Plus loin, Sagat jouit pendant qu’il se fait enculer, ce qui est toujours agréable.

On en est à la dernière scène et on reporend un peu les mêmes, avec Bo Knight et Tony Serrano. On se dit : « Putain, ils auraient pu mettre un troisième pour pimenter un peu l’histoire », mais c’est un bon duo, pas la peine de râler. Tony commence en tant que top et continue en bottom puis reprend sa vraie place de top. Rien de fou donc dans ce film mais, mine de rien, c’est un DVD que je retrouve toujours avec beaucoup de plaisir. It delivers.

SAFE

Photos

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging stallion

Raging stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion

Raging Stallion