Porno Manifesto

de Chris Ward et Ben Leon (Raging Stallion, 2006)

Cast : Huessein, François Sagat, Remy Delaine, Fred Faurtin, Michael Vincenzo, Justin Christopher, Sarib, Tamas Eszterhazy, Derick Hanson, Michael Fox, Fred Faurtin

Bien sûr, un énorme classique, surtout qu’il faut assurer pour remplir les espérances d’un titre pareil. "Manifesto" a été réalisé pour marquer le centième film de Raging Stallion, et le double DVD n’arrête pas de cumuler les scènes délirantes, 9 au total, sur 4 heures. Tout comme "Arabesque", c’est un film qui impressionne car c’est difficile d’énumérer ici les opportunités orgasmiques. C’est tellement bien filmé que ça fait peur ! La photographie est christaline, on se trouve dans des scènes où le sombre n’existe pas, à part dans le décor et les acteurs sont comme en relief sur l’image.

Chaque séquence a son titre, pour mettre en valeur les situations, ce qui ressemble aux vieux titres des Falcon Videopacks. Le premier, "Cock Fight", montre Sagat et Remy Delaine autour d’u punching ball (originaaaaaaal) et ce qui doit arriver arrive : ça tourne à la pipe. Remy jouit alors qu’il ne bande pas complètement, le genre de truc qui m’énerve. Ensuite, il suce Sagat, l’encule d’une manière un peu désordonnée et jouit. C’est un peu une scène pour rien mais bon.

Je ne rale pas car il y a tout de suite après un solo avec Huessein qui commence par faire des biceps et on est content de pouvoir pénétrer dans ce type d’intimité sportive (ahah) avant de le voir se branler, allongé, avec une vue complète de son corps. Enough for me.

Dans "Love Seat", Michael Vincenzo is being serviced by Michael Foxx et finit par jouir comme il fait d’habitude, avec un jet sympa, mais il faut attendre la scène suivante, "French Kiss" pour voir Fred Fautin en grande forme face à Derrick Hanson. Pour une fois, Fred n’est pas trop épilé, son corps est méga sec, dominant, son visage tout rouge. Très bon blowjob par Derrick qui joue avec sa langue et ça finit par chacun qui se branle, à la Titan, avant de passer à la pénétration. Par moments, Fautin a un regard de rapace, surtout avant de jouir à nouveau.

Ce qui est intéressant avec ces doubles DVDs, c’est qu’on se demande toujours si le deuxiième va pêtre meilleur que le premier, ou s’il ne présente que des bouts de bonus à la con. C’est un peu comme les double maxis house, moi je commençais toujours par écouter le dernier mix de la face D, parce que je me disais que ça devait être le plus space, le plus far out. "Dans "Manifesto", c’est dans le second DVD que l’on trouve le matériel qui met le film dans la catégorie des classiques.
Ça commence très fort avec "Hommage to Colt", où l’on voit Huessein s’occuper de Justin Christopher, en général un mec actif. La scène est tellement bien que c’est pas juste quoi.

Comme si on ne souffrait pas assez, Remy Delaine fait un solo tout de suite après, ce qui nous donne l’occasion de le voir en détail. Il est encore jeune, il a un duvet qui perce sur son ventre, mais ses bras sont maginifiques.
Dans "Face to Face", Michel Vincenzo tops Sahib, ce joli mec arabe poilu qu’on avait vu dans "Arabesque". Ils changent plusieurs fois de rôles.
Ensuite Tamas Eszterhazy fait un solo, mais tout ça est secondaire puisque "Menace" prépare son grand finale, son double salto de fin avec "Pumping Muscle". On dirait que c’est une scène qui a été programmée pour me faire plaisir à moi ! Huessein et Jay Black, avec Sagat pris en sandwich, c’est juste irrésistible. On dirait un western : le black, le turc et le frenchie. On parle de trois grands pros ici et tout va se passer sur le banc de gym, un grand classique du porno gay. C’est un exercice toujours à renouveler, un peu comme Madonna qui fait toujours des variantes sur scène avec la chaise noire de cabaret, c’est un cliché qu’il faut sans cesse raffraichir. Jay encule Sagat (vraiment bien), puis Sagat s’assoit sur Huessein puis Suessein encule Jay. It’s all so good, porn from heaven, sans hard feelngs, sans esprit tordu, juste du good clean sex.

SAFE

Photos